« Tout ce qui n’est pas prose est vers et tout ce qui n’est point vers est prose » Molière, Le bourgeois gentilhomme, acte II, scène IV.

​Ce choix de nommer l’association « Prose » n’induit pas nécessairement que des écrits soient produits. Il sous-tend l’idée que le langage, la parole, la construction des idées, le choix des mots, la verbalisation, la connaissance du vocabulaire peut nous aider à nous libérer, à nous penser, à penser ce qui nous entoure. La maîtrise des mots est également un outil très puissant d’adaptation aux différents mondes qui s’offre à nous au quotidien. Savoir adapter son discours et s’adapter aux personnes auxquelles on s’adresse est un enjeu qui favorise la reconnaissance sociale.

Parler de soi permet d’élaborer une pensée, de s’entendre dire et d’initier un travail. La libération de la parole est indispensable à l’épanouissement des personnalités.

​« Il n’y a changement et croissance que lorsque les personnes sont capables de transformer les sensations en émotions. Ces émotions peuvent être pensées. La pensée engendre la conscience et la conscience permet la transformation“, La thérapie communautaire est un moyen d’inclusion, Adalberto de Paula Barreto

Quant à l’éducation, elle est un enjeu hautement politique. Eduquer c’est offrir les meilleures conditions possibles pour que nos enfants s’épanouissent et qu’ils puissent devenir des citoyens éclairés et bienveillants pour eux-mêmes et pour les autres. Il n’y a pas un éducateur dans la vie d’un enfant mais plusieurs personnes ressources qui vont l’inspirer.

« Dans une démocratie participative, on le sait, l’éducation est l’autre grande institution, outre les médias, à laquelle il incombe, de manière privilégiée, de contribuer à la réalisation d’une vie citoyenne digne de ce nom », Normand Baillargeon, Petit cours d’autodéfense intellectuelle.