Last Updated:

« Mon ado se moque totalement des punitions !»

Catégories Prose Education

C’est ce que vous pensez. Il ne vous montrera pas que ça le touche même si évidemment la privation le frustre. Il est le plus fort, le plus indépendant, le « sachant » donc tout ce que vous faites est nul. Même s’il pense le contraire il ne vous fera pas le plaisir de vous le dire. Les remerciements seront pour plus tard.Les limites, le cadre, sont essentiels à cet âge-là. Vous pouvez penser que cela risque de détériorer la relation ou que plus vous irez dans son sens plus la relation sera sereine (au même titre que de lui acheter tout ce qu’il veut). Cela ne fonctionne pas comme ça. Un adolescent ne sera jamais soulagé d’avoir des limites car il se pense capable de gérer sa liberté. Mais il en a besoin, cela le sécurise affectivement. En se sentant protégé, il se sentira aimé, même si tout cela se joue souvent inconsciemment. Encore une fois, vous récolterez les fruits de ce que vous avez semé avec le temps.Il n’y a pas d’enjeu de reconnaissance. Combien de parents ai-je entendu dire à leur enfant : « Comment tu peux me faire ça ! Après tout ce que je fais pour toi !! » Attendre de la reconnaissance génèrera forcément de la déception chez vous. Nous n’avons rien à attendre en retour. Il ne doit pas faire les choses en remerciement pour nos actes, il doit les faire pour lui-même. Si nous lui offrons la dernière paire de basket à la mode à 200 euros c’est notre choix, pas le sien. Bien évidemment, il ne faut pas entrer dans l’excès inverse : trop de limites, trop de restrictions. Il ou elle a besoin d’avoir son espace propre, d’autant plus pendant cette période. Un ado doit avoir ses espaces de connexion avec le monde extérieur, que cela passe par le téléphone, les activités, l’école…La socialisation, les personnes ressources extérieures vont conditionner en partie son bien-être et son sentiment d’appartenance. Si vous le déconnectez de tout, il risque de péter les plombs. Combien de parents privent leur enfant de leur activité extra-scolaire alors que c’est son seul espace de décompression. Cela risque fortement de produire l’effet inverse.Le sens de la punition. Par exemple, s’il rentre 2h après l’heure que vous aviez déterminés (si c’est ¼ d’heure ou 30 minutes cela fait partie du jeu de « je suis grand » donc ton cadre je le respecte mais pas trop quand même), le priver d’internet ou d’activités extra scolaires n’aura aucun sens pour lui. Il s’agit d’être cohérent entre l’acte de transgression posé par l’enfant et la « sanction », quel que soit l’âge d’ailleurs. Au mieux, il est intéressant de lui proposer une action réparatrice par rapport à l’acte posé. Pour certain parent, selon son histoire, l’éducation reçue, il est difficile, parfois impossible de poser des limites et de les tenir. Si c’est le cas vous devez faire un travail sur vous. Votre enfant, quel que soit l’âge d’ailleurs a besoin d’être frustré. Pourquoi ? Pour le préparer à la société et à la vie : on a pas ce qu’on veut au moment où on le veut. Gérer sa frustration permet de mieux se sociabiliser, de se sentir plus serein face à la société, de gérer ses pulsions…Mieux vaut poser une petite punition qu’on peut tenir plutôt que de monter dans ses tours en menaçant votre ado d’une sanction impossible. Vous n’êtes pas crédible et, malins comme sont les enfants, ils trouveront toujours un moyen de vous faire flancher.La punition en soi ne sert à rien si vous n’avez pas de relation de confiance. Construire un climat où les situations, les émotions s’expriment, se parlent. C’est l’ensemble de la relation qui joue et qui aidera aussi votre ado à mieux accepter les restrictions.Comme dans la vie en général, tout est question d’équilibre. Comprendre le sens des limites comme une nécessité pour le bien être de votre enfant peut vous aider à dépasser des blocages qui vous appartiennent. Il est certain qu’après une journée de travail avec les soucis du quotidien, nous n’avons pas envie de nous trouver face à un gosse hystéro alors qu’on lui refuse quelque chose. Mais cela est de notre responsabilité. Plus on va céder plus les crises vont être puissantes. C’est donc un investissement qui nous coûte certes mais qui permettra plus de sérénité par la suite. Il y a évidemment plusieurs façons de concevoir ce rapport aux limites, aux « punitions ». Il est évident qu’il y a autant de situations que de familles. Cependant, mon expérience professionnelle me permet de poser ces bases éducatives de façon sereine car elles portent ses fruits.

Laisser un commentaire