Last Updated:

« Mon Dieu j’en peux plus, qu’est-ce qu’il est chiant !

Catégories Prose Education

« Chiant », « insupportable », « Tête à claques », et autres (mais restons polis) pour vous il l’est et le sera encore un moment. Evitez de lui dire même si ça vous démange. Le sentiment de rejet va être d’autant plus fortement ressenti à cet âge-là même si vous pensez vos pensées et vos mots légitimes. Tentez de le prendre avec distance et humour.

Hier il était un enfant, aujourd’hui son corps est grand, ses hormones sont éveillés, il est chamboulé, subissant toutes ces transformations. Si nous ne le comprenons pas, il se comprend encore moins. Tout l’enjeu de cette phase étant de se construire comme futur adulte, comme personne à part entière (identité sociale, sexuelle…) indépendamment de ses parents. D’un point de vue étymologique, « adolescence » vient du mot latin « adolescere » qui signifie « grandir vers ». Ce n’est donc pas un état mais un processus. Patience alors… Le rejet est souvent suivi d’une posture qui s’équilibre quelques années plus tard. « Il existe un décalage entre les changements émotionnels et motivationnels en lien avec la puberté et le développement plus tardif des capacités permettant de réguler les comportements et les émotions qui découlent de ces changements. [1]»

                Il est chiant. Pour lui, nous le sommes aussi. Nous sommes « has been », et oui ! Même les centres d’intérêts qui peuvent nous paraître cools et modernes ne le sont pas à ses yeux. Il y a de fait un décalage de générations, chacun campé sur ses repères et sa nourriture intellectuelle. Nous pensions ne jamais prendre du plaisir à écouter Chérie FM, mais avouons que nous avons passé le cap…

Acceptons d’être un vieux con car c’est dans la différence que notre enfant va se positionner. Il est tout de même très important de partager avec lui ce qu’il apprécie et d’aménager des moments de proximité cools, prouvant votre amour inconditionnel (même si le « je t’aime, moi non plus » nous fatigue) : regarder un de ses programmes tv (au lieu de rabâcher que ses goûts pour la télé réalité sont ridicules et avilissants. Ils le sont, mais quel intérêt y trouve-t-il…), s’intéresser à ses jeux vidéo qui peuvent souvent être d’un haut niveau de qualité visuel, faire un sport avec lui, ou les boutiques….bref partir de lui et s’adapter a minima.

Si nous restons dans notre camp sans créer de passerelles, alors nous risquons de faire miroir avec son rejet. A nous, adultes, de nous décaler.


[1] Impulsivité et difficultés de régulation émotionnelle et de gestion des relations sociales chez l’enfant et l’adolescent , Jean-Marc Gomez et Martial Van der Linden , Dans Développements 2009/2 (n° 2), pages 27 à 34

Laisser un commentaire